Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $level_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-levels.php on line 595

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $level_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-levels.php on line 616

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $payment_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-payments.php on line 1146

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $payment_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-payments.php on line 1167
Manchester City – Bournemouth 4-0, une maitrise totale - E.TRUMER

Manchester City – Bournemouth 4-0, une maitrise totale

Manchester City visait un deuxième succès consécutif en autant de matches après la victoire obtenue à West Ham lors de la première journée de Premier League. L’équipe de Pep Guardiola recevait Bournemouth et le suspens a rapidement pris fin avec une domination dans tous les compartiments du jeu. Un succès net et sans frayeur.

Manchester City est désormais attendu à chacun de ses matches et le groupe de Pep Guardiola répond plutôt bien pour le moment en championnat. Alors que le même effectif sans Haaland avait souffert et concédé le match nul en fin de saison dernière à West Ham, les Cityzens se sont amusés face aux Hammers le week-end dernier et la réception de Bournemouth ce samedi devait confirmer une montée en puissance. Ce fut le cas avec une maitrise totale, absolue, dès les premiers instants de cette rencontre et un score final qui reflète la domination de cette équipe de City.

Une équipe qui garde la même capacité à faire mal par du jeu de position, haut sur le terrain, par une circulation du ballon très cohérente et une gestion de l’espace parfaite. Tous ces éléments étaient déjà présents les saisons précédentes, tous ces éléments viennent d’une philosophie de jeu amenée par un entraineur, mais ces idées ont trouvé une continuité et une amélioration dans une capacité à peser dans la surface de réparation adverse. Double buteur face à West Ham, passeur décisif face à Bournemouth ce samedi, Erling Haaland incarne évidemment cette nouvelle capacité à faire mal à des blocs regroupés.

Les défenses adverses ont désormais l’obligation de mettre une densité dans une zone axiale qui permet à City de trouver plus d’espace ailleurs, de pouvoir créer le jeu ailleurs et le terminer dans l’axe. Manchester City est aujourd’hui beaucoup plus complet et pas uniquement grâce à l’arrivée de l’ancien attaquant de Dortmund même s’il y est pour beaucoup. L’intégration de Nathan Aké en défense centrale est un autre atout majeur de ce « nouveau » Manchester City, avec une charnière qu’il complète parfaitement en compagnie de Ruben Dias. Infranchissable ou presque au duel, Aké montre également une intelligence tactique très au-dessus de la moyenne.

Six buts inscrits en deux matches, zéro but encaissé

Les statistiques traduisent la montée en puissance effective d’une équipe qui sera intouchable ou pas loin dans quelques semaines. Il manque encore quelques automatismes pour être plus froid encore face au but, une capacité à augmenter l’intensité également, mais Manchester City est aujourd’hui beaucoup plus dangereux que cela n’a pu être le cas par le passé. Il ne s’agissait en aucun cas d’effacer tout le travail effectué par Pep Guardiola pour basculer sur une vision du jeu à l’opposé, mais il suffisait simplement de compléter un puzzle déjà bien entamé.

L’intelligence de l’entraineur espagnol est d’être capable de s’adapter rapidement à un nouveau contexte, à des évolutions dans son équipe et dans sa philosophie de jeu. Une réussite globale qui prend forme et qui pourrait mener Manchester City au graal en fin de saison : la Ligue des Champions. Une compétition qu’il est délicat d’être certain de gagner, mais qu’il est possible de tutoyer en mettant les bons ingrédients tout au long de l’année.

En attendant, Manchester City entame de la meilleure des manières son championnat de Premier League et se présente encore comme l’ogre intouchable. Le petit point qui a séparé l’équipe de Pep Guardiola à Liverpool l’année dernière pourrait cette fois-ci se transformer en un écart plus important, tant la différence dans la capacité à comprendre les choses plus rapidement du côté de City est précieuse. Pendant que les concurrents se basent sur des individualités, sur des entraineurs qui veulent faire gagner leur personne plus que leur club, Manchester City a compris que le football se respectait.

Emmanuel Trumer