Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $level_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-levels.php on line 595

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $level_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-levels.php on line 616

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $payment_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-payments.php on line 1146

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $payment_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-payments.php on line 1167
France – Argentine 3-3 (2-4), un parcours presque parfait - E.TRUMER

France – Argentine 3-3 (2-4), un parcours presque parfait

La Coupe du Monde 2022 s’est achevée avec la victoire finale de la sélection Argentine, au terme d’un match historique et dans la lignée du déroulement global de ce tournoi. Avec le plus grand nombre de buts marqués dans l’histoire de la Coupe du Monde, avec un scénario épique en finale qui a sacré Lionel Messi pour la première fois, cette rencontre entre la France et l’Argentine a marqué les esprits également par la prestation hors norme de Kylian Mbappé.

Le tournoi organisé cette année, particulièrement réussi, ne pouvait déboucher que sur une finale de légendes. Une opposition entre les deux meilleures équipes de la compétition, avec les deux meilleures individualités également, et une troisième étoile de Champion du Monde qui s’inscrit finalement sur le maillot bleu ciel de l’Albiceleste. Au-delà d’avoir été les deux équipes les plus convaincantes lors du mois écoulé, la France et l’Argentine sont les deux nations les plus consistantes des dernières années.

Les Bleus se sont qualifiés pour une deuxième finale consécutive de Coupe du Monde, un exploit majeur et qui matérialise la force et la puissance d’un groupe de joueurs et son sélectionneur, tandis que l’Argentine a terminé ce dimanche soir un 44e match consécutif pour un bilan d’une seule défaite. Vainqueurs de la Copa America, vainqueurs de la Finalissima, les joueurs de Scaloni ont conclu en apothéose une montée en puissance perceptible depuis un bon moment déjà. Face à la France, en finale, cette équipe a réalisé une prestation de haut niveau pour étouffer des Tricolores qui n’ont pas tenu la comparaison pendant plus de 60 minutes.

C’était l’une des clés les plus importantes de cette confrontation, qui consistait à ne pas laisser le monopole du ballon à l’Argentine qui arrive parfaitement à l’exploiter et à évoluer haut sur le terrain. La volonté de tenir le ballon côté français a tenu cinq minutes avant de disparaitre et les dégâts ont été importants. Un penalty provoqué par Dembélé sur Di Maria, un but de ce même Di Maria, après 40 minutes de jeu Didier Deschamps était déjà obligé de changer deux joueurs pour sortir de la marée blanche et bleue. Le couloir droit français composé de Koundé et Dembélé a pris l’eau défensivement, mais globalement le bloc équipe n’a jamais eu la capacité de sortir de sa moitié de terrain pour exister dans ce match et contrecarrer une maitrise quasi-totale de l’Argentine dans le jeu.

L’opposition ressemblait très clairement à un match qui s’était déroulé quelques mois plus tôt, entre cette même Argentine et l’Italie, et qui s’est soldé par un 3-0 cinglant. A la pause, et même pendant quelques minutes encore au retour des vestiaires, le salut des Bleus ne pouvait venir par le jeu. A la différence de l’Italie cependant, la France possède le meilleur joueur de la planète dans son équipe et à lui seul ou presque il a fait basculer cette finale dans l’irréel.

Kylian Mbappé dans la légende

Aidé par l’entrée d’un Kolo Muani remuant, percutant, et très juste balle au pied, Mbappé a entamé son indescriptible remontée au score avec un penalty puis une reprise de volée à l’entrée de la surface de réparation. Deux buts en deux minutes, qui ont imposé au monde une force mentale exceptionnelle en plus d’une qualité de buteur. Les Bleus ont dû attendre que l’Argentine recule énormément pour enfin parvenir à poser le pied sur le ballon et créer des situations devant le but de Martinez, et c’est certainement sur ce point que la frustration est la plus grande puisque l’équipe de France avait la capacité de peser offensivement avant les douze dernières minutes du temps réglementaire.

En plus de Kolo Muani, une autre entrée a fait basculer la rencontre avec l’apport d’un Coman absolument sublime dans sa capacité à éliminer mais aussi à se montrer constructif et précieux dans l’accélération d’un jeu qui ne connaissait aucune envolée avant cela. Quand Dembélé dribble sans aucune idée de ce qu’il va faire ensuite, Coman a déjà deux coups d’avance à la sortie de ses dribbles. Un joueur qui aurait dû avoir plus d’importance, et qui doit compter dans l’avenir immédiat de cette équipe. En revenant au score à 2-2 en l’espace de quelques minutes et malgré un contenu insuffisant, les Bleus ont offert une prolongation mieux maitrisée mais qui n’a pas été couronnée d’une nouvelle étoile à cause d’un arrêt incroyable de Martinez à la 124e minute de jeu.

Messi avait redonné l’avantage aux siens avant cela, par un but qui est venu pour la première fois du côté gauche des Bleus. Un but sur les trois, et finalement c’est l’opposé et le côté droit qui aura pesé trop lourd pour espérer remporter ce match. La marée n’est jamais venue par la gauche, mais par un couloir droit qu’il est urgent de repenser dans sa totalité pour les compétitions à venir. Cela passe par le remplacement de Koundé au poste de latéral droit, et celui de Dembélé au poste d’ailier droit. Talentueux, il n’a pas les atouts pour être titulaire dans cette équipe de France. Avec ces quelques changements, il faudra travailler une capacité à organiser un pressing pour gêner l’adversaire sur ses phases avec ballon, ce qui n’est pas la philosophie du sélectionneur Didier Deschamps mais qui est une donnée vitale pour espérer pouvoir dépasser encore ce niveau et soulever à nouveau la Coupe du Monde.

Cela passe par un bloc plus haut par séquences, par une capacité à être plus actif à la perte du ballon, et moins par la volonté de fermer les espaces proches de son gardien de but. Cela a fonctionné en demi-finale contre le Maroc qui ne possède pas les individualités argentines, mais cela avait déjà failli coûter la qualif sans un penalty raté de Kane avec l’Angleterre en quart de finale. Vouloir faire sortir l’équipe adverse pour profiter d’espaces dans son dos s’entend parfaitement, mais cela ne peut pas être la seule arme d’une équipe qui a marqué ses trois buts en étant positionné plus haut sur le terrain ce dimanche soir. Les Bleus ont égalisé en prolongations grâce à Mbappé toujours, et la dernière occasion de Kolo Muani n’a pu empêcher le sacre d’un Martinez beaucoup plus à l’aise que LLoris sur les penalties. L’Argentine remporte sa troisième étoile de Champion du Monde, la France repart avec une finale et le meilleur joueur du Monde puisque les Bleus possèdent Kylian Mbappé. Les pays qui possèdent l’arme nucléaire sont nombreux, mais nous avons Mbappé : 23 ans et déjà parmi les plus grands.

 Emmanuel Trumer