Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $level_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-levels.php on line 595

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $level_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-levels.php on line 616

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $payment_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-payments.php on line 1146

Deprecated: Required parameter $meta_value follows optional parameter $payment_id in /var/www/vhosts/emmanuel-trumer.fr/httpdocs/wp-content/plugins/restrict-content-pro/includes/class-rcp-payments.php on line 1167
La Croatie au bout du suspense, le Brésil en démonstration - E.TRUMER

La Croatie au bout du suspense, le Brésil en démonstration

Deux nouvelles nations ont rejoint les quarts de finale de la Coupe du Monde 2022 et il s’agit de la Croatie et du Brésil. Avec des contextes de match totalement opposés, les deux équipes ont obtenu leur billet pour le prochain tour et s’affronteront dans une rencontre qui s’annonce plus indécise que l’opposition du Brésil ce lundi soir. Avec quatre buts en première période, il n’y a jamais eu de match et le Brésil a déroulé. La Croatie de son côté a souffert.

L’affiche des quarts de finale entre le Brésil et la Croatie s’annonce assez alléchante sur le papier, mais les deux équipes ont connu des matchs diamétralement opposés pour y parvenir et rallier les quarts de finale de cette Coupe du Monde. La Croatie a ouvert le bal face au Japon qui sortait d’un parcours bluffant lors de la phase de groupes, avec des victoires face à l’Allemagne et l’Espagne. En terminant premier de son groupe, le Japon a fait sensation et se présentait avec des ambitions pour ce huitième de finale. Des envies de qualifications qui ont pris forme concrètement en première période avec un but inscrit par l’attaquant Maeda et une prestation globalement aboutie.

Même si la Croatie a dominé le jeu avec ballon, s’est procuré quelques grosses situations de but, le Japon a fait jeu égal avec son adversaire du jour en étant capable de proposer également des séquences de jeu assez intéressante. L’ouverture du score, avant la pause, a cependant été le point de départ d’un recul incessant pour une équipe qui a voulu préserver son léger avantage très bas sur le terrain et proche de son but. La Croatie a totalement dominé la deuxième période dans le contenu, et a su se montrer patiente pour faire courir l’équipe japonaise et trouver l’ouverture en élargissant son jeu de possession pour étirer le bloc regroupé adverse.
Le but inscrit par Ivan Perisic sur un centre de Déjà Lovren est venu récompenser une domination totale, mais il a également enclenché une nouvelle période moins intense du côté croate. Il y avait la place pour gagner ce match avant les prolongations et la séance de tirs au but, mais il y a clairement un manque de présence dans le secteur offensif qui se fait sentir. Zlatko Dalic, le sélectionneur, a tout tenté pour faire basculer la rencontre mais ni Petkovic, ni Budimir ni Livaja ne sont parvenus à peser dans la surface de réparation adverse. Clairement le manque de cette équipe, finaliste en 2018, et qui va devoir trouver des solutions face à un Brésil favori en quart de finale.

Le Brésil en démonstration totale

Le Brésil, avec le retour de Neymar dans le onze de départ, n’a pas eu à attendre les prolongations ou la séance de tirs au but face à la Corée du Sud qui était l’invité surprise de ces huitièmes de finale. Solide lors de la phase de groupes, l’équipe de Paulo Bento est tombée face à une équipe brésilienne beaucoup trop forte en huitième de finale. 4 buts inscrits après seulement 35 minutes de jeu, et le match était d’ores et déjà plié pour une équipe qui n’a jamais laissé la moindre chance à son adversaire.

Avec la même composition que lors du premier match à l’exception du latéral gauche Alex Sandro, le Brésil s’est présenté avec cinq attaquants et notamment un Lucas Paqueta positionné à côté de Casemiro en deuxième milieu de terrain. Une équipe extrêmement offensive qui a matérialisé sa force de frappe et sa domination. Loin du jeu stéréotypé de l’Espagne qui aspire à montrer qu’ils sont capables de faire des intérieurs du pied, le Brésil sait pourquoi il monopolise le ballon et comment l’utiliser pour faire mal offensivement. Vinicius, Neymar, Raphinha, Richarlison, et Paqueta donc, tous ont été décisifs pour leur équipe et ont affirmé des ambitions bien réelles dans cette Coupe du Monde.

4-0 à la pause d’un match qui n’en a jamais été un, et la deuxième période s’est d’ailleurs déroulée sur un rythme beaucoup moins intense avec un score déjà acquis. La Corée du Sud en a profité pour réduire la différence de but, mais n’a jamais pu caresser l’espoir d’éliminer ce Brésil. Les choses sérieuses vont désormais commencer pour l’équipe de Neymar, avec des questions d’ordre tactique notamment : est-il possible de se présenter avec cinq attaquants face à la Croatie en quart de finale ? Est-il possible d’avoir une telle maitrise technique et tactique face à une équipe qui ambitionnera également de peser sur les débats ? Le Brésil s’est en tout cas donné les moyens d’arriver à ce stade, et de fort belle manière d’ailleurs. Cette équipe est un régal à regarder jouer, mais cela ne veut pas forcément dire qu’il s’agit du prochain Champion du Monde.

Emmanuel Trumer